L’oiseau des neiges

Un roman de Tracy Rees, traduit de l’anglais par Françoise du Sorbier.

2 carottes

Dans les années 1830, une petite fille de bonne famille sauve de la mort un nouveau né déposé dans la neige. Elle scèle alors leur destin : entre Aurelia, la riche héritière et Amy, l’orpheline sans passé et sans avenir, va se construire une amitié fusionnelle.

oiseau des neigesQuand Aurelia succombe à une longue maladie, sa protégée est contrainte de fuir : sa présence dans la prestigieuse famille Vennanay, à peine tolérée du vivant d’Amélia, n’est plus souhaitée. Elle se retrouve donc livrée à elle même, à seize ans à peine dans un monde où elle ne semble pas avoir de place. Elle découvre bientôt qu’avant sa mort, Amélia lui a préparé une chasse au trésor afin de l’accompagner sur les traces d’un secret bien gardé. Amy, qui supporte mal  la disparition de son amie, va se jetter à corps perdu dans cette quête.

Federico a souhaité lire ce livre à cause de sa couverture, qui sentait bon la lecture enroulé dans un plaid avec des madeleines et de la tisane. Il ne s’attendait pas à ce que ce livre soit un chef d’oeuvre et la lecture ne l’a pas contredit. L’histoire est plutôt prenante et notre ami lapin s’est agréablement laissé embarqué dans les différentes intrigues, que ce soit la chasse au trésor (qui, avec le recul, est quand même relativement tirée par les cheveux, mais quand Federico lit, il ne prend pas de recul car ses pattes sont trop courtes, donc ce n’est pas grave) ou les émois amoureux des personnages, qui sont quand même vachement mignons, mais pas mièvres et raccords vis à vis de l’étiquette de l’époque.

Non, ce qui pêche dans ce livre, et c’est pourquoi Federico ne lui donne que deux carottes, c’est l’écriture. Celle-ci est quand même un peu fade et, la narration étant à la première personne, le lecteur à droit à toutes les pensées d’Amy. Ce qui n’apporte pas toujours grand chose, quand ça ne fait pas tout simplement lever les yeux au ciel. Heureusement pour notre ami lapin, il a trouvé l’héroïne plutôt intéressante et pas trop oie blanche ou super tarte comme certaines de ses consœurs (oui Patricia Wentworth, c’est à toi que je m’adresse !). La page de remerciement a invité notre ami lapin à se montrer indulgent car il s’agit d’un premier roman et qu’après tout, tout le monde ne cherche pas des livres écrits d’une plume parfaite. En définitive, même si l’écriture ne satisfait pas le fin museau de Federico, elle n’a pas empêché L’oiseau des neiges de lui faire passer un agréable moment de lecture.

Tracy Rees, trad. Françoise du Sorbier, L’Oiseau des Neiges, Presses de la Cité, octobre 2016, 496 p.