L’année où tout a changé

Un roman (ado) de Jill Hucklesby

Federico a commencé cette lecture en pleurant. Nullité dramatique ? Non, juste une histoire qui commence très mal. Dans un accident, Amy, 13 ans, perd sa meilleure amie et sa jambe droite. Tout un pan de sa vie s’effondre donc : fini les délires avec Sophie et adieu la prometteuse carrière de nageuse. Pourtant, tout n’est pas fini pour la jeune fille.

Écrit sans misérabilisme ni bisounoursisme, le roman de Jill Hucklesby réussit à traiter de la difficile reconstruction d’une adolescente dans un roman où l’espoir l’emporte sur le reste. Méfiant au départ, Federico a été agréablement surpris à la lecture de ce livre. Les personnages sont finement dessinés et leur réaction face à la situation est subtilement analysée. L’histoire tient la route, l’héroïne est attachante et la bonne humeur est revendiquée.

Malgré ces qualités, L’année où tout a changé ne fait pas partie de ces romans qui ont marqué Federico. Le principal défaut de ce roman est qu’il s’adresse a des adolescentes, pas à des lapins. Le ton employé s’en ressent. Par conséquent, il est tout à fait recommandable pour une jeune fille qui veut lire un roman émotionnellement intelligent, mais est vite oublié par un lapin avide d’une plume plus aiguisée.

L’année où tout a changé, Jill Hucklesby, Bayard, septembre 2011, 386 p., (collection « Millézime »)