Federico au far west

Le saviez vous ? Federico aime les westerns. Ouaip.

Il n’y connaît pas grand chose, mais du peu qu’il ait vu, tout est dans l’ambiance. Notre ami lapin aime la poussière du désert, la musique des saloons, les silences qui en disent long, les duels méchant vs gentil qui suspendent le temps, le clic d’un revolver qu’on arme, le sifflement des balles qui ricochent sur rien, Clint Eastwood, Steeve McQueen… Il ne manque plus qu’un lapin à éperons qui font « kling » et on approcherait la perfection.

La plus grosse dose d’ambiance western euphorisante qu’a goûté Federico se trouve dans… un livre ! Ce même livre s’étant transformé en un formidable film, il était temps que votre chroniqueur aux longues oreilles vous fasse part de son enthousiasme.

Étape 1 : True Grit, le (génial) roman de Charles Portis, publié en 1968

Mattie Ross a 14 ans quand son père est assassiné par son contremaître Tom Chaney. Ce dernier prend la fuite vers les territoires indiens. Mais Mattie est bien décidée à ce que justice soit rendue, quitte à aller chercher Chaney par la peau des fesses. La jeune fille, loin d’être une gourde, sait pourtant qu’elle n’y parviendra jamais seule. Elle entreprend donc d’embaucher le marshall le plus coriace du secteur, Rooster Cogburn. Pourquoi lui ? Parce qu’il a du cran. Et au fil du livre, on découvre que Mattie n’en manque pas non plus, qu’il s’agisse de négocier des poneys (preuve de plus que le far west est coolissime : il y a des poneys) ou de tenir la dragée haute à un Texas ranger (non, ce n’est pas Chuck Norris) également à la poursuite de Chaney.

Dès les premières lignes, Federico était prêt à prendre la direction du fan club de Mattie Ross. Charles Portis a eu la merveilleuse idée de lui confier la narration de son livre. Il en résulte un ton très franc et un regard sans concession sur les différents protagonistes. Mattie est une fille droite dans ses principes, réfléchie, parfois un peu naïve mais jamais stupide et dotée d’un sens acéré de la répartie. Ce fut un délice pour notre ami lapin de la voir évoluer dans l’univers brut et sauvage des territoires indiens.

L’écriture de Charles Portis est rêche et terriblement efficace : elle donne vie en quelques mots à des personnages qui ont, à l’instar de Mattie et de Cogburn, marqués notre ami lapin. Il n’y a aucun temps mort dans l’action et le final, littéralement explosif, a laissé Federico tout chose.

Étape 2 : True Grit, l’épatant film réalisé par Joel et Ethan Cohen en 2010

True Grit est un livre tellement formidable qu’un an après sa sortie, il était déjà adapté au cinéma avec John Wayne dans le rôle de Rooster Cogburn. Ça calme. Mais Federico il s’en moque car il n’a jamais vu ce film (qui est très bon, paraît-il). Par conséquent, en allant voir la version des frères Cohen, il n’avait que le livre pour référence, ce qui place la barre assez haut.

La bande annonce (que voici) laissant présager du meilleur, c’est un Federico frétillant d’impatience qui s’est rendu au cinéma un soir de février, en 2011.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=abRAv3jOC64]

Une heure et cinquante minutes plus tard, c’est un lapin aux yeux émerveillés par tant de westernitude qui est sorti de la salle obscure.

Malgré quelques écarts nécessaires à l’adaptation cinématographique, ce film reste très fidèle au livre dont il est tiré. Les frères Cohen (non cela ne désigne pas une bande de voleurs) ont réussi à extraire l’atmosphère de sa maison de papier et à lui donner son indépendance.

Les acteurs, les dialogues, la musique (plus discrète que dans la BA), les décors… Federico n’arrive pas à mettre la patte sur un défaut. Tout s’articule avec un naturel qui enveloppe le spectateur et l’embarque dans le mythe du western. Alors qu’il regardait True Grit pour la seconde fois sur son petit écran, Federico ne cessait de se dire « nom d’un pâté de carottes, ce film est formidablement génial ! ». Notre ami lapin est à chaque fois ému par cette ébouriffante aventure, et surtout par Mattie, personnage littéraire passionnant, interprétée avec beaucoup d’aplomb par Hailee Steinfeld. Au cœur d’un casting aux petits oignons, c’est elle qui retient le plus l’attention de Federico : très naturelle, elle parvient à donner vie aux différentes facettes de Mattie.

Il va sans dire que la prochaine fois que vous ne saurez pas quoi faire de votre argent, suivez les conseils de votre dévoué chroniqueur et investissez dans du divertissement de qualité. Ce sera toujours plus fiable que les actions Tête de Livre…