Minnow

Un roman de James E. McTeer II, traduit de l’anglais (États-Unis) par Virginie Buhl.

4 carottes

Il y quelques années, Federico avait connu de grands émois littéraires en lisant Le Voyage de Robey Childs, roman d’apprentissage qui l’avait plongé dans le tumulte de la guerre de Sécession. Minnow reprend les mêmes codes que le livre de Robert Olmstead : un enfant qui part pour un voyage dans le but de sauver son père et au cours duquel il va perdre son innocence mais découvrir en lui des ressources insoupçonnées ; la présence d’un animal hors du commun qui accompagne le héros et l’omniprésence de la violence des adultes.

Comment évoquer l’expérience de lecture que Federico a connue avec ce livre maîtrisé de bout en bout ?

minnowNotre ami lapin a été emporté dès les premières lignes de ce roman où, au début du siècle dernier, le jeune Minnow (« fretin » en anglais, sympa le nom) est envoyé par sa mère quérir un remède pour son père gravement malade. Cette simple commission va se transformer en odyssée quand, à la suite de sa rencontre avec le médecin vaudou docteur Crow, Minnow s’embarque dans un dangereux périple au cœur des bayous de la Caroline du Sud. Crow lui a promis un remède à la condition que l’enfant lui rapporte de la terre provenant de la tombe de Sorry George, sorcier vaudou maléfique dont l’âme mauvaise et tourmentée hante toujours la région.

L’auteur décrit à merveille l’atmosphère électrique des lieux traversés par Minnow. Évidemment, on ne fait pas un bon conte initiatique sans épreuves et celles qui attendent Minnow, tapies dans l’ombre de la mangrove, sont très bien mises en scène. Qu’il affronte la cruauté des hommes, la gueule mortelle d’un crocodile ou les terrifiants esprits de la mangrove, la tension est palpable et a fait s’accélérer le rythme cardiaque de notre ami lapin ! Le héros et le lecteur évoluent en permanence sur un fil tendu entre le réel et le monde invisible des esprits, si bien que les deux finissent par ne faire plus qu’un pour créer une atmosphère unique et magique. Béat face à la maîtrise de l’écriture, Federico a traversé les moments de grâce (le banquet sur la plage, superbe passage qui redonne foi en l’humanité… et en la nourriture !) et d’angoisse avec un égal enthousiasme.

Par dessus tout, c’est la constance de Minnow qui a ému Federico. Malgré les coups (très) durs qu’il affronte et qu’importe son jeune âge, l’enfant ne perd jamais de vue son objectif : ramener le remède pour son père, quel qu’en soit le prix. Il n’a rien d’un héros sans peur, il est assez chétif et pas particulièrement brillant, mais son obstination force le respect.

Les derniers chapitres secouent le lecteur sans ménagement. Si la violence est présente dans tout l’ouvrage, elle déferle à la fin du livre et a vraiment laissé Federico chancelant. Malgré tout, il s’est senti très apaisé quand il a refermé l’ouvrage. Et c’est là qu’il s’est passé pour notre ami lapin quelque chose de pas commun et de difficile à décrire : Federico avait la certitude que l’histoire n’aurait pas pu se terminer d’une autre manière, comme si c’était une évidence. Votre chroniqueur a alors eu une impression inédite : celle d’avoir lu le dernier livre du monde. Que rien ne pourrait supplanter cette lecture. Minnow n’est certainement pas le plus grand roman de tous les temps, mais Federico l’a vécu avec une telle intensité que même plusieurs mois après, il peine a prendre les choses avec recul. Promis juré, il n’était sous l’emprise d’aucune drogue à ce moment ! Cela tient peut-être à l’étourdissement provoqué par ce voyage fascinant en terre vaudou, à la fois délire fiévreux, rêve et cauchemar.

Une chose est sûre, Minnow, ce n’est pas du menu fretin ! (Ou comment clore un article intense sur une blague au ras des pâquerettes…)

James E. McTeer II, trad. Virginie Buhl, Minnow, Éditions du sous-sol, août 2016, 236 p.