Terriérama n°4

Terriérama est le premier magazine en ligne publié de façon pas du tout régulière qui vous parle de films sortis il y a 2 ans et demi, de séries pas encore diffusées en France, du CD que Federico vient juste de retrouver dans les coussins du canapé et autres choses ébouriffantes !

C’est un peu le calme plat dans le terrier de Federico en ce moment, vous l’avez sans doute remarqué. Ce n’est pas parce que notre ami lapin ne lit rien d’intéressant (enfin, si, c’est un peu ça…), ni parce qu’il a une vie trépidante (ah mais si, si vous saviez !), bref… il n’a aucune excuse en fait. Donc pour se rattraper, voici un Terriérama fait avec amour et volupté !

La salle de jeu des lapins

Federico aimerait vous présenter un petit robot dont il ne connait pas le nom mais qu’il trouve fort sympathique. Ce petit robot est parachuté dans une décharge et tombe en morceaux, c’est à vous de l’aider à se remonter. Tant qu’à faire, aidez-le aussi à retrouver sa copine et à vaincre les méchants !

© Amanita Design, 2009

Voici donc Machinarium, un jeu vidéo en point-and-click très chouette pour lequel notre ami lapin a eu un coup de coeur il y a 2 ans et qu’il ressort des tréfonds de son ordinateur pour vous.

C’est un jeu qui prend place dans un univers à la fois steampunk et mignon, plein d’humour et de poésie. Les dialogues y sont des bulles de BD, faites de dessins, de schémas ou de petit film, pas de problèmes pour comprendre l’histoire donc !

Pour aider le petit robot à avancer, il faut tirer des chevillettes, appuyer sur des boutons, se cacher, prendre l’ascenseur, mais tout ça dans le bon ordre ! C’est donc un jeu d’observation et de logique. Si on bloque (ce qui peut être courant), on peut avoir un indice. Si on bloque vraiment vraiment, on peut avoir la solution après avoir joué à un mini-jeu de style arcade.

Machinarium est donc un petit jeu foisonnant et un peu casse-tête, réalisé par un studio tchèque indépendant, Amanita Design. Pour voir si ça vous plait, quoi de mieux que d’essayez la démo ici ? (ça y est, Federico veut y rejouer maintenant !)

Cinéphilapin

Les amants du Texas – Ain’t Them Bodies Saints, un film de David Lowery

Ain't them bodies saintNe vous fiez pas à ce titre français tout naze, chipé dans le catalogue Harlequin. Ce film ne raconte pas la brûlante liaison d’un cow boy musclé et d’une amazone dans un ranch avec de la country et du maïs. Non, vous n’y êtes pas du tout. Il s’agit plutôt de la tragique histoire d’amour de deux jeunes hors la loi que la prison va séparer.

En dire plus serait criminel puisqu’il ne se passe pas grand chose dans ce film. L’essentiel est plutôt dans des instants volés ça et là dans la vie des héros. De longs moments filmés dans la lumière d’un Texas des années 1960 qui ont valu au film le Prix de la meilleure photographie au festival de Sundance. Le réalisateur laisse le temps aux acteurs pour déployer leur impressionnant charisme. Rooney Mara crève l’écran comme c’est pas permis, Casey Affleck a une voix bizarre mais on l’aime bien quand même et Ben Foster est comme d’habitude, génial. Et puisqu’il ne manquait plus que ça, la bande originale de Craig McKay et Jane Rizzoest au diapason de la tragédie qui se joue à l’écran !

Plein les grandes oreilles

AsgeirFederico vous en a déjà parlé sur Fessebouc, mais cet artiste est son incontournable du printemps. Qui ? Ásgeir, voyons ! Ásgeir, Ásgeir, Ásgeir ! Ásgeir, donc, a été une rencontre fulgurante pour notre lapin mélomane qui, en moins de 24h après la découverte, connaissait déjà l’album par cœur. Désormais, il se réveille le matin avec Going Home ou Torrent dans la tête, même s’il ne l’a pas écouté depuis 2 semaines…

Ásgeir Trausti est islandais, il a une voix suave, des yeux bleus et une barbe mimi ; sa musique (et ses yeux !) rafraichit et réchauffe en même temps (en comparaison avec Sigur Rós, un groupe islandais qui rafraichit tout court). Un bon coup de vent dans les poils, mais avec un petit rayon de soleil qui fait tellement de bien !

Pour un Ásgeir rafraîchissant, c’est là.

Et parce que Federico vous aime bien, il vous partage ses autres découvertes islandaises :

– ici une toune* qui donne la patate,

– là un viking,

– ici des Kimya Dawson 2,

– là une aurore boréale,

– et là ça déboite.

Ils sont trop fort ces islandais !

*mot québécois signifiant : morceau de musique. « Toune », c’est quand même plus sexy.

En direct de Westeros

Federico aime Le Trône de Fer d’amour. Il l’aimait avant Kit Harrington et ses bouclettes et avant Peter Dinklage (qui a lui aussi des bouclettes, mais bon, voilà). Alors, par amour, il partage avec vous de belles choses en rapport avec cet univers fou fou fou.

Pendant que Georges R. R. Martin procrastine grave en nous envoyant tous jouer dans le mixer de l’attente interminable du tome 6 de sa saga, Federico doit trouver de quoi s’occuper. Il vous avait déjà partagé une carte sympatoche pour réviser les blasons de Westeros, mais notre ami GoTophile a d’autres cartes dans son sac :

– bien sûr il y a le pop-up qui reprend le style du générique de la série ;

– HBO a aussi fait sa propre carte, qui permet de resituer les lieux par rapport à l’histoire de la série ;

– mais voici surtout LA carte de base ;

– et enfin, voici une carte tirée de la précédente, et à manier avec précaution si vous ne voulez pas vous autospoiler (un curseur permet de situer où vous êtes rendus dans les livres ou dans la série, cachant ainsi ce que vos yeux ne doivent pas voir). Elle vous permet de voir les trajets des personnages. S’il y a une tête de mort, c’est qu’il est, euh… mort.

Bon voyage dans le monde connu !

Aujourd’hui, ambiance piano

… avec Agnes Obel.

En ces douces soirées d’hiver, alors que la neige tombe et le vent se glace (selon la région du monde où vous vous trouvez), quoi de plus approprié que d’écouter cette artiste danoise pour vous réchauffer les moustaches.

De sa voix diaphane et ses doux airs entêtants, Agnes Obel créé au piano des mélodies enivrantes qui s’accordent avec finesse à vos lectures emmitouflées, alors que le temps est arrêté par le froid.

Bonne écoute !

8tracks

Avis aux amateurs de découvertes musicales ! Federico veut vous parler d’un site Internet fort intéressant : 8tracks (prononcez… comme vous voudrez). Il s’agit d’un espace dédié à la musique qui permet de créer des playlists et d’écouter celles des autres.

Pour découvrir ce site, première étape : aller y faire un tour ; deuxième étape : lire cet article qui présente très bien 8tracks avec ses atouts et ses limites (le fait que le site soit entièrement en anglais n’est pas mentionné, pourtant cela peut rebuter).

Quelques minutes plus tard…

À présent vous savez que le principe du site est de se laisser guider parmi des milliers de sélections fort éclectiques. Il ne faut pas se connecter avec l’envie d’écouter l’album d’un artiste (pour cela, d’autre sites existent) mais plutôt de se plonger dans une atmosphère musicale grâce aux différents outils de recherche. Inutile de vous préciser que les (grandes) oreilles de notre ami lapin frémissent régulièrement de plaisir en écoutant les morceaux proposés sur 8tracks.

Attention, événement : parce que Federico aime ses lecteurs, découvrez en exclusivité planétaire la playlist que notre rongeur préféré à composée… rien que pour vos oreilles !

Aujourd’hui, douce ambiance country

… avec Lambchop.

C’est avec le petit air « Oh, Oh-i-o » que débute l’album Oh (Ohio) du groupe américain Lambchop, et c’est ce qui a séduit Federico.

Mais ce qui plait aux lapins, ce sont aussi les airs mélancoliques des chansons aux tendances pop refoulées, et surtout la douce voix râpeuse de son chanteur, celle d’un cow-boy oublié dans son ranch…

Bonne écoute !

Aujourd’hui, ambiance gospelo-pop

… avec Diane Birsh.

Avec un seul album à son actif, Bible Belt (sorti en 2009, 2010 en France), Diane Birsh a conquis notre ami à moustache avec ses douces mélodies en « ooooh » et « ohoh ».

Federico aime ses rythmes à tendance pop et jazz, accompagnés de piano et de cuivres. Un petit swing, un peu de soul, des influences gospel, ça balance, oh yeah.

Bonne écoute !

La vidéo bonne humeur

Parce que sur ce blog on parle beaucoup des humains et de leurs productions, mais on ne parle pas si souvent des lapins.

Enfin une publicité où les stars sont de vraies stars. Attention à ta machine à café George !

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=vF6PyIML0hI]

Vidéo réalisée pour promouvoir une loterie étasunienne.

 

Aujourd’hui, ambiance trip-hop

… avec Wax Tailor.

Magicien des sons, le français Jean-Christophe Le Saout est aujourd’hui reconnu internationalement. Soul, classique, pop, hip-hop… Federico aime ces morceaux éclectiques savamment vintages et modernes à la fois !

Avec notamment ses albums Hope and Sorrow (2007) et In the Mood for Life (2009), préparez-vous à un moment de détente intelligemment rythmé.

Bonne écoute !

Aujourd’hui, ambiance jazzy

… avec Melody Gardot.

Il faut savoir que cette chanteuse, auteur, compositrice et musicienne avait eu un grave accident et avait notamment été soignée par la musicothérapie.

De sa douce voix et son joli minois, la jeune Melody Gardot a envoûté Federico. La finesse de ce jazz chanté, en toute simplicité, est un pur bonheur pour se reposer les oreilles en ses soirées automnales.

Son deuxième album My One and Only Thrill (2009)  a un succès bien mérité. N’oubliez pas d’écouter aussi le premier, Worrisome Heart (2006, 2008 en France).

Bonne écoute !

Aujourd’hui, ambiance french-touch

… avec Arnaud Fleurent-Didier.

La première fois qu’il a écouté l’album La Reproduction (2009) grâce à une émission musicale à la radio, Federico a eu le coup de foudre pour ces petites balades qui balancent bien, ces textes si familiers et si mélodiques à la fois. Notre lapin aime la douce voix d’Arnaud et les chœurs qui font « papapaa ».

Coup de cœur pour la chanson Reproductions.

Bonne écoute !

Aujourd’hui, ambiance folk

… avec Laura Marling.

Jeune musicienne anglaise, Laura Marling a déjà deux albums à son actif : Alas I Cannot Swim (2008)  et I Speak Because I Can (2010).

Cette blondinette de 20 ans a conquis notre ami lapin avec sa voix grave et puissante, habillée d’une guitare acoustique tantôt délicate (voir Tap At My Window), tantôt délicieusement nerveuse (voir Devil’s Spoke). Un délice.

Bonne écoute !

Aujourd’hui, ambiance new-western

… avec The Last Shadow Puppets.

Groupe « occasionnel » de pop anglaise composé d’Alex Turner (Artic Monkeys) et Miles Kane (Rascals), The Last Shadow Puppets sort l’album The Age Of The Understatement en 2008. Il paraît qu’un second album serait en préparation, il paraît.

Federico aime le rythme endiablé de chevauchées far-westienne et l’unisson des deux chanteurs qui s’accordent parfaitement sur des mélodies fort plaisantes.

Bonne écoute !

Aujourd’hui, ambiance électro

… avec Goldfrapp.

Le groupe trip-hop Goldfrapp existe depuis 1999, il se compose d’Alison Goldfrapp et de Will Gregory. Quatre albums sont sortis à ce jour.

Federico a tout d’abord découvert l’album Seventh Tree (2008) qui est en fait plus léger et apaisant par rapport aux précédents opus. Puis notre lapin s’est tourné vers Supernature (2005), dans le style électronique et dance, aérien et mélancolique qui caractérise le groupe .

Bonne écoute !

Aujourd’hui, ambiance onirique

Il ne faut pas l’oublier, Federico est aussi mélomane. Il vous propose donc une petite série d’artistes musicaux à découvrir, des albums à écouter en boucle toute la journée. Dans ces articles, pas de longs discours, place à la musique.

On commence avec Bat for Lashes.

La chanteuse et musicienne Natasha Khan est d’origine anglo-pakistanaise. Petite « protégée » de Björk, elle est apparue sur la scène pop expérimentale en 2006. Federico a tout d’abord découvert son dernier album Two Suns (paru en 2009), mais il ne faut pas oublier d’écouter aussi le premier, Fur and Gold. Il aime l’ambiance douce et psychédélique qui le transporte ailleurs… la nature, le rêve, tout ça.

Bonne écoute !

La vidéo bonne humeur

Federico ne le redira jamais assez : le fil d’ariane, c’est trop de la balle. Démonstration tout de suite maintenant. (À la fin de l’article, vous aurez compris le sens du titre. Dans les premiers paragraphes ça risque de ne pas être très évident)

Vous êtes un lapin en mal de divertissement, alors, vous décidez d’aller au cinéma voir le dernier blockbuster de Christopher Nolan, Inception. Dans ce film joue Joseph Gordon-Levitt. Comme vous l’avez trouvé sympa dans le film mais que vous ne connaissez rien à sa vie, vous foncez sur Imdb.com, base archi complète sur le cinéma. Et c’est là qu’Ariane vous attrape. Sur Imdb vous découvrez que l’acteur en question a joué dans la comédie romantique (500) jours ensemble. Tiens, c’est pas un film que vous aviez voulu voir lors de sa sortie ?  Ni une, ni deux, vous usez de moyens occultes afin de visionner le film. Une heure et trente six minutes plus tard, vous êtes ravis d’avoir vu cette charmante comédie avec de charmants acteurs, dont Zooey Deschanel (dont on va reparler plus tard). Curieux de nature, vous avez envie de savoir ce que d’autres internautes ont pensé du film. Vous tombez sur une critique qui propose un lien vers une vidéo. Vous cliquez et atterrissez sur une vidéo à laquelle vous ne vous attendiez pas.  C’est là que le titre de l’article se révèle être vachement bien trouvé :

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=rtVh8kVZ_XM&feature=related]

Après vous être pâmé pendant deux minutes parce qu’ils dansent trop bien et que la musique est chouette comme tout, vous vous faites hameçonner de nouveau par notre amie Ariane. Car une question se pose : qui se cache derrière ce nom She and him ? Quel est donc ce charmant groupe ? Une rapide recherche et vous tombez de votre fauteuil : c’est Zooey Deschanel, et nulle autre, qui interprète les chansons du duo qu’elle forme avec M. Ward  (prononcer « m », pas monsieur). Vous suivez le fil et débarquez sur Deezer pour passer un excellent moment en écoutant (gratuitement pour l’instant) les deux albums de She and him. Trente minutes plus tard, vous êtes conquis.

Et voilà, en même pas trois heures, vous avez découvert un acteur, un film, une actrice et un groupe. Elle est pas belle la vie ? Et la vidéo, elle ne vous a pas mis de bonne humeur ? Hein ?

Maintenant il ne vous reste plus qu’à fermer les nombreux nouveaux onglets que ce perfide article vous a fait ouvrir.

Écoutez vos films !

Ceux qui savent profiter d’une bonne séance de cinéma (c’est-à-dire, le contraire de ça) sortent souvent du cinéma avec un tourbillon de papillons (pardon, Federico ne sais pas ce qu’il lui a pris) de souvenirs dans la tête. Ça peut être n’importe quoi : un gros fou rire, une réplique qui tue, de grosses larmes, un sanglot étouffé tant bien que mal, une baston à couper le souffle, la nullité du film qu’on a vu, les lunettes 3D louées 2 € qui glissent, les coups de pied du voisin de derrière, le physique de l’acteur principal…

Néanmoins, une chose revient souvent à la mémoire de notre ami lapin quand il sort de la salle pour affronter la froide réalité : la bande originale. Le son sur lequel le film s’est joué. Quand c’est bien fait, on le distingue à peine pendant le film : la musique imprègne la pellicule et est un acteur comme un autre de l’ambiance générale. C’est quand on sort que les chansons viennent couvrir le bruit de la circulation.

Et que fait Federico dans ces cas là ? Il se rue sur Internet afin de savoir quels noms portent les mélodies qui l’ont transporté. Ses deux sources favorites : IMDB (The Internet Movie Data Base), le nec plus ultra du site cinématographique qui décortique les bandes sons des films ;  Deezer et Jiwa, sites d’écoute de musique gratuits (du moins, pour le moment) qui lui permettent de réécouter certains morceaux musicaux. Et c’est là que le film commence sa deuxième vie comme prescripteur de musique. Que la bande originale ait été composée pour le film ou soit une compilation de musiques existantes, Federico n’a de cesse de faire de nouvelles découvertes. Grand adepte du fil d’Ariane, il suit des musiques qui le conduisent jusqu’à leurs artistes et rencontre des chanteurs et groupes d’exception.

Rien que pour vous, voici quelques films dont les BO (trèèèès diverses) ont fait frissonner les grandes oreilles de notre ami Federico :

Les infiltrés, de Martin Scorsese.
La famille indienne, Karan Johar.
Jarhead, de Sam Mendes.
Marie-Antoinette, de Sofia Coppola.
Watchmen, de Zack Snider.
The Darjeeling Limited, de Wes Anderson.
Gladiator, de Ridley Scott.
Singin’ in the rain, de Stanler Donen.
Orgueil et préjugés, de Joe Wright.
Disney, par Disney
The boat that rocked, de Richard Curtis.

Bon, on va s’arrêter là pour aujourd’hui, sinon on y sera encore le jour de la sortie de High School Musical 13.