L’écliptique

Un roman de Benjamin Wood, traduit de l’anglais (Australie) par Renaud Morin.

3 carottes

L’Écliptique fait partie de ces livres qui vous prennent par la main pour vous conduire dans un autre univers. Et pas besoin d’aller dans des contrées féériques pour se sentir dépaysé : pour Federico, il aura suffi d’une plongée dans le milieu artistique londonien des années 50 et 60 pour s’égarer avec délice.

Mais revenons au point de départ. Le roman s’ouvre sur le refuge de Portmantle, caché sur l’île d’Heybeliada, au large de la Turquie, qui abrite quelques artistes (écrivains, architectes, dramaturges, peintres, etc.) dont la créativité a été écrasée par trop de pressions extérieures. On n’entre ici que sur recommandation d’un parrain qui couvre l’intégralité des frais du séjour et tout se passe dans le plus grand secret. Dans ce cocon totalement coupé du monde, quatre pensionnaires de longue date voient leur routine et leur amitiée bouleversée par l’arrivée d’un jeune homme très perturbé. La plus troublée des quatre est Knell, une artiste peintre qui se met en tête d’aider l’étrange jeune homme à aller mieux malgré l’opposition de ce dernier. Se faisant, elle se remémore sa jeunesse et ses débuts d’artiste.

C’est à ce moment que l’ouvrage se met à raconter deux histoires, menées en parallèle, s’effleurant souvent et se heurtant parfois. D’un côté, on suit le quotidien de Knell à Portmantle, tandis que la présence du jeune homme fait vasciller ses repères et révèle les aspects les plus louches du refuge. De l’autre, on est plongé dans la vie d’Elspeth (le vrai nom de Knell), jeune peintre dont le talent est rapidement reconnu mais qui voit l’inspiration lui filer entre les doigts alors qu’elle se lance dans une oeuvre de commande extrêmement ambitieuse. Au même moment, elle s’enlise dans une relation amoureuse avec un artiste terriblement égocentrique qui refuse de s’engager à ses côtes alors qu’elle a besoin de lui. Ces deux facettes du roman sont très maîtrisées et s’imbriquent habilement, si bien que Federico n’a pas vu venir la troisième facette, bien planquée dans les pages et qui surgit dans la dernière partie du livre et en accélère le rythme pour nous mener à un final qui a retourné la tête de notre ami lapin !

Malgré quelques longueurs (mais au vu de la densité du livre, tout est pardonné), Federico a vraiment adoré L’Écliptique. C’est un roman étonnant qui l’a séduit grâce à son héroïne. Knell/Elspeth est une artiste très exigeante et son appétit ne se satisfait pas de la reconnaissance de ses pairs ou du succès commercial de ses toiles. Elle est en quête d’une forme de vérité absolue, d’évidence dans ses peintures. Et quand elle ne la trouve plus, on ne peut qu’avoir de la compassion pour elle.

Sa recherche l’oeuvre parfaite est très prenante. La façon dont l’auteur décrit le processus de création est très belle et a vraiment emporté votre chroniqueur. Plus que tout le reste, ce sont ces passages où Eslpeth ressent l’ivresse de la création – une ivresse communicative – et la détresse dans laquelle elle est plongée quand elle ne se reconnaît plus dans son travail qui ont le plus marqué Federico. Quant à l’île de Portmantle… Chut ! Il est interdit d’en parler !

 

Benjamin Wood, trad. Renaud Morin, L’Écliptique, Robert Laffont, août 2018, 504 p.

2 commentaires sur “L’écliptique

  1. Bonjour ami lapin. Très bel article ! Federico m’avait recommandé ce livre et je n’ai pas été déçu. J’ai adoré toute la partie atelier et la vie artistique. Les 3 carottes sont mérités. À plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *