Nous étions animales

Un roman de Emma Jane Unsworth, traduit de l’anglais par Laura Contartese.

4 carottes

C’est l’histoire de deux trentenaires de Manchester qui ont la fête dans le sang : reines de la nuit, elles abusent de tous les plaisirs que celle-ci leur offre (alcool, drogue, sexe). Quand le jour se lève, le tableau est beaucoup moins éclatant, entre problèmes de famille, job minable et exigences de la vie de couple. Bref, la gueule de bois dans tous les sens du terme. Laura et Tyler vivent ensemble et leur amitié est fusionnelle. Bras dessus, bras dessous, elle s’acheminent en zig-zag vers un âge adulte qui est loin de les faire rêver. Bientôt, Laura va se marier et cela risque de bien bousculer le désordre de leur existence.

nous etions animalesFederico a commencé Nous sommes animales parce qu’il avait une heure à tuer et que ça à lire. Ensuite, tout s’est enchaîné sans qu’il s’en rende compte et il a dévoré ce livre en deux jours. Vraiment, la vie fait bien les choses car en temps normal notre ami lapin n’aurait probablement pas ouvert cet ouvrage dont le résumé sus-mentionné lui évoquait plutôt Sex and the City, c’est-à-dire pas vraiment sa tasse de thé.

Et pourtant, en lisant ce livre, Federico a éprouvé un sentiment qu’il n’avait pas connu depuis trop longtemps : un attachement instantané et définitif à l’égard de personnages franchement caractériels qui accumulent les décisions douteuses mais dont l’énergie est communicative. Laura et Tyler, les héroïnes de ce roman rejoignent ainsi le panthéon des personnages qui ont laissé leur empreinte dans la vie de lecteur de Federico. On n’a pas besoin de s’identifier à ces deux filles un peu folles et totalement perdues : il suffit de lire pour qu’elles prennent vie. Laura rêve de devenir écrivain, est passionnée de poésie et Tyler a longuement étudié la littérature. Nous avons donc affaire à deux héroïnes ne mâchant pas leurs mots qui nous régalent, quel que soit leur taux d’alcoolémie, de dialogues existentiels assez brillants. L’auteur profite de quelques descriptions paysagères pour ravir Federico avec des passages comme celui-ci : « Un couvercle de nuages en plastique enfermait la ville dans un rêve contrarié ». Ce genre de texte fait toujours des étincelles dans le cerveau de votre chroniqueur !

L’auteur mène son histoire de façon totalement décomplexée et ne laisse pas de temps mort au lecteur. La fin, que Federico attendait avec appréhension (oui, il est méfiant l’ami lapin) est à la hauteur du reste et vient conclure cette belle chronique d’une jeunesse cultivée et consciente de ses capacités qui végète dans une sorte de purgatoire de la médiocrité imposé par ses aînés. Alors, si vous avez entre 20 et 30 ans, que vous abusiez ou pas de fluides en tous genres, il est fort probable que vous trouviez un peu de vos doutes et vos colères chez Laura et Tyler.

La première de couverture (dont l’illustration est bien dérangeante) qualifie l’amitié de Laura et Tyler de « renversante ». Pour Federico, cela s’applique à l’ensemble du livre.

Emma Jane Unsworth, trad. Laura Contartese, Nous étions animales, Fleuve éditions, février 2016, 316 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *