Le règne du vivant

Un roman d’Alice Ferney.

3 carottes

©actes sudDans un premier temps, Federico a été assez déconcerté par ce roman au ton résolument journalistique. Et pour cause le narrateur en est un, de journaliste. Il s’engage aux côtés de militants écologistes qui luttent contre les pêches intensives et le massacre des baleines, requins et autres animaux marins. À la tête de cette organisation, se trouve un homme déterminé et jusqu’au-boutiste : Magnus Wallace. Depuis des années il sillonne les mers du monde à la barre de l’Arrowhead, un brise-glace, et traque les pêcheurs qui contreviennent à des lois que personne ne semble pressé de faire appliquer. Dans ce monde cynique où la vie d’un cétacé et les merveilles des fonds marins ne pèsent rien face aux intérêts financiers, il est le seul à s’élever et à agir réellement. Ses moyens sont pour le moins expéditifs : il poursuit les pêcheurs et n’hésite pas à endommager les navires. Résultat des courses, sa tête est mise à prix dans bien des pays et les autres organisations écologistes lui tournent le dos. Il garde sans cesse à l’esprit que la planète où il vit est l’héritage de ses enfants et rien ni personne ne le détournera de sa dangereuse mission.

Si notre ami lapin était fort troublé au début de sa lecture, c’est que ce portrait d’un écologiste hors du commun ressemble à s’y méprendre à celui-ci :

©Long Cours

Cette belle page est la première d’un article de Natacha Calestrémé consacré à l’écologiste Paul Watson, publié dans la revue Long Cours n°7. Si vous n’êtes pas encore en possession de cette merveilleuse publication, précipitez-vous chez votre libraire, commandez-les, abonnez-vous, faites quelque chose ! (Mais quoi que vous fassiez, merci de ne pas le faire sur Amazon).

Loin de ne pas apprécier ce parallèle, Federico craignait plutôt que ce style soit lassant à la longue. Fort heureusement, on s’habitue vite à cette narration qui est mêlée à des réflexions très introspectives sur l’engagement, de beaux moments de contemplation et des passages d’action très tendus.

Par-dessus tout, ce roman met en avant la tragédie écologique qui se joue depuis plusieurs décennies et la violence inouïe avec laquelle l’homme traite les animaux. De quoi en faire culpabiliser plus d’un !

Alice Ferney, Le règne du vivant, Actes Sud, août 2014, 208 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *