L’invention de la solitude

Un jour, Federico a lu un roman de Paul Auster. Ebahi et curieux, il en a lu un autre, puis un autre…

Parce qu’il est à votre service, votre lapin favori va se faire un devoir de vous faire part de ses impressions sur les livres de cet auteur à ne pas manquer, écrivain majeur de l’Amérique contemporaine. Et c’est avec ce très beau titre que Federico débute pour vous le feuilleton Auster.

noté 2 sur 4

© LGFCe roman largement autobiographique est divisé en deux. La première partie a paru un peu longue à notre ami lapin. Elle est consacrée au père de l’auteur, un homme distant qui s’est protégé des émotions toute sa vie. À sa mort, l’auteur sent venir la nécessité de parler de ce quasi inconnu. Le livre a vraiment intéressé Federico à partir de la deuxième partie : « le livre de la mémoire ». Sans savoir où il nous emmène, on suit la pensée de l’auteur autour des thèmes de la solitude, de la mémoire et de l’enfance.

Au gré de cette réflexion lumineuse (dans le sens où elle est intellectuellement très éclairante) et instructive malgré son pessimisme latent, Auster dissémine les références littéraires qui ont fondé sa pensée et illustrent ses propos. Au final, ce livre constitue une sorte de vrac des pensées dont la formulation éclaire le lecteur sur sa propre vision du monde.

L’invention de la solitude, Actes Sud, 1988 (version originale parue en 1982), Le livre de poche, 215 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *