Quand j’étais déesse

Un roman (jeunesse) d’Irène Cohen-Janca

Rashmila est une déesse déchue. Pourtant ce n’est pas l’héroïne d’un conte mythologique : cette jeune népalaise de 12 ans est bien réelle. À l’âge de 4 ans, elle a été choisie pour devenir la Kumari, représentante vivante de la déesse hindoue Durga. À l’instar des fillettes qui l’ont précédée et de celles qui lui succéderont, elle a été vénérée et couverte d’offrandes jusqu’à ce qu’elle soit chassée de son palais. Redevenue une simple mortelle, Rashmila refuse de dévoiler la raison qui l’a obligée à quitter sa cage dorée. C’est autour de ce secret que Quand j’étais déesse s’articule.

Dans ce (trop) court roman, Irène Cohen-Janca met deux vies en parallèle : celle de la Kumari et celle de la jeune fille qui doit réapprendre à vivre après avoir passé son enfance à regarder le monde du haut de son trône. Si l’auteur nous en apprend beaucoup sur le quotidien contraignant des Kumaris, elle insiste surtout sur le difficile retour à une vie ordinaire.

Tombé par hasard sur un documentaire télé à propos du Népal, Federico avait ainsi découvert l’étonnant destin de ces fillettes. Il s’est donc plongé avec intérêt dans la lecture de Quand j’étais déesse. Hélas, notre ami lapin s’est senti frustré tout au long du livre. Irène Cohen-Janca a réussi à l’émouvoir avec l’histoire de Rashmila mais Federico aurait aimé voir le récit s’étoffer un peu.

Pour la défense de l’auteur et de son ouvrage, rappelons qu’il s’adresse à de jeunes lecteurs et qu’il est publié dans une collection, Dacodac (très intelligente, au demeurant), qui favorise les textes courts mais percutants.

La note de deux carottes est donc un peu dure, mais comme vous le savez, Federico est un lecteur intransigeant qui ne rigole pas avec le cours du Cac Carotte ! Cela ne l’empêchera pas de conseiller ce roman aux lapereaux qui sont curieux d’autres cultures et qui veulent un livre facile à lire.

Irène Cohen-Janca, Quand j’étais déesse, éditions du Rouergue, janvier 2011, 95 p. (Collection « Dacodac »)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *